info@iadfbj.org +(229) 97 33 96 39 / 95 05 98 79

Ibiolou AMOUSSOU, un enfant déscolarisé qui retrouve le chemin de l’école des classes grâce aux actions des COGES de sa communauté.

Ibiolou AMOUSSOU est un garçon de 23 ans qui a abandonné l’école en classe de 4ème au cours de l’année scolaire 2018-2019 pour cause de difficultés des parents à assumer les frais d’écolage. Issu d’une famille polygame de 13 enfants, d’un père Cultivateur et Agent de Sécurité à Ouinhi Centre et d’une mère, AGOUDOKOU Odoubi, cultivatrice et ménagère de profession  Ibiolou est le deuxième enfant de la famille. « Ma mère est la première femme de mon père et a 07 enfants. Mon village s’appelle Mafougbon et situé à environ 10 km du CEG Ouinhi. Beaucoup d’enfants de mon village ne vont pas à l’école et très peu arrivent à continuer les études après le CEP. Même ceux qui ont commencé, ils sont aussi nombreux à quitter très tôt l’école. La plus part vont au Nigéria ou à Cotonou ou à Porto-Novo pour faire de petits jobs. Même mon grand frère AMOUSSOU Konni, c’est lui-même qui a choisi quitter l’école pour aller au Nigéria malgré que notre papa ne veuille pas. Il n’y a pas quelqu’un qui a beaucoup fréquenté l’école et atteint le BEPC dans notre village. Beaucoup de parents n’aiment pas envoyer et soutenir leurs enfants à l’école. Ils préfèrent les travaux champêtres. Les parents disent qu’ils n’ont pas d’argent. J’ai un petit frère AMOUSSOU Aïna, très brillant à l’école, le directeur lui avait même sauté la classe du CM1 pour l’envoyer au CM2 à cause de son niveau. Il brillait encore dans la classe que les autres et le directeur a demandé à constituer ses dossiers pour l’envoyer au CEP. Mais à cause de manque de moyen pour réaliser l’acte de naissance, il a été découragé et abandonné l’école. il est actuellement apprenti chauffeur à Avrankou grâce à l’appui de notre oncle M. AMOUSSOU Bodjoukpè ».

« C’est les mêmes problèmes de moyens qui ont fait qu’on me renvoyait d’école l’année dernière pour non-paiement de contribution. Ce qui a fait que je n’ai pas pu composer certains devoirs et interrogations puis j’ai échoué malgré que j’ai recopié les cours et appris les leçons. Car j’aime et je veux aller à l’école. Cette année, j’ai repris la classe et on a commencé encore à me renvoyer pour contribution et mes parents continuent de dire qu’ils n’ont pas d’argent. C’est pourquoi j’ai décidé d’abandonner pour aller chercher l’argent. C’est ainsi je suis parti pour rester dans la boutique de quelqu’un à Ikpinlè. J’étais là-bas un jour, quand mon papa a appelé pour demander de revenir reprendre l’école». Ibiolou AMOUSSOU

En effet, l’amélioration de la qualité de l’éducation est l’objectif de l’IADF-ONG avec le financement de l’UNICEF pour la mise en œuvre du Projet d’Amélioration, de l’Accès, du Maintien, de la Qualité et de la Gouvernance de l’Education de Base par le jeu, le Partenariat et le Plaidoyer dans la commune de Ouinhi. Pour y parvenir, il faut que les enfants s’inscrivent, se maintiennent, et finissent bien les cycles primaire et secondaire niveau 1. C’est dans ce cadre que les COGES ont été mis en place, outillés sur leurs rôles et responsabilités et accompagnés dans la prise des initiatives en faveur de la scolarisation et maintien des enfants à l’école.

C’est ainsi que des membres du COGES de Mafougbon ont approché et sensibilisé des parents  dont le papa de Ibiolou sur les avantages pour les enfants d’avoir le diplôme du BEPC et du Baccalauréat  au moins pour être qualifié à passer des concours pour accéder à certains emplois et soutenir les parents. C’est ainsi que M. M. AMOUSSOU Ido-Ola, père de Ibiolou AMOUSSOU s’est engagé et a ramené effectivement l’élève qui a repris les classes une semaine plus tard avec le paiement immédiat de la première tranche des frais de scolarité. L’Administration du collège (le Directeur, le Censeur, le Comptable, le Surveillant Général du CEG Ouinhi et  l’Animateur de l’IADF) ont ensuite été sensibilisés pour non seulement lui négocier son suivi et accompagnement moral à poursuivre les études mais aussi lui éviter de nouveaux renvois des cours pour le reste des frais de scolarité. A ce jour, malgré la reprise de la classe, l’apprenant Ibiolou est régulier à l’école et faire l’effort de rattraper son retard dans les études. Ses notes en devoirs comme en interrogations varient de 04 à 18.

« je suis très heureux de reprendre à nouveaux les classes. Je veux continuer à aller à l’école car je veux devenir un grand fonctionnaire grâce aux études. Je vais continuer à travailler pour montrer à tout le monde que moi j’aime l’école. Je veux devenir un modèle pour les gens de mon village » Ibiolou AMOUSSOU (élève réintégré grâce aux actions du COGES Mafougbon)

Comments are closed.